Nos enfants nous accuserons :

Nos enfants nous accuseront - film 2008 - AlloCiné

https://coc.kanopy.com/video/food-beware-french-organic-revolution

Nos enfants nous accuseront est un film documentaire français sorti en novembre 2008 écrit et réalisé par Jean-Paul Jaud, présenté à la presse à Cannes le . Le thème central est l’empoisonnement des aliments par les toxines (pesticides, fongicides, engrais, etc.) de la chimie agricole, développé à travers le cas d’une école.

Nos enfants nous accuseront raconte l’initiative du maire de Barjac, une municipalité du Gard, qui décide de faire passer la cantine scolaire à l’alimentation biologique.

Enfants, parents, enseignants, paysans, élus, des scientifiques et chercheurs livrent leurs sensations, leurs analyses, leurs angoisses, leurs colères, les fruits de leurs travaux. Chacun raconte son expérience, dénonce des abus, pose des problèmes, esquisse des réponses.

En Europe entre 58 et 82 % des cancers ne sont pas liés à des causes héréditaires. Les facteurs de risque principaux pour chaque type de cancer sont les infections par le papillomavirus humain pour le cancer cervical, le tabagisme (actif ou passif) pour le cancer des poumons et l’alimentation ou les infections par Helicobacter pylorii pour le cancer de l’estomac7.

En France, l’incidence du cancer aurait augmenté de 93 % en 25 ans chez l’homme selon l’Institut de veille sanitaire. En réalité, dans son rapport publié en 2013, cet Institut évalue l’augmentation de l’incidence des cancers en France entre 1980 et 2012 à 29 %. Il note que cette augmentation est « attribuable à l’évolution démographique (croissance et vieillissement de la population) »8. Le documentaire fait une confusion entre l’évolution du nombre de cancers et son incidence. L’Institut de veille sanitaire ajoute que

« la tendance s’est inversée sur la période 2005-2012, avec une diminution de l’incidence en moyenne de 1,3 % par an chez l’homme, et un ralentissement de l’augmentation chez la femme (0,2 % par an en moyenne). »

Selon certaines études, la diminution de la qualité du sperme serait de 50 % en 50 ans9.

En France les cancers augmentent chaque année de 1,1 % chez les enfants ; ce qui équivaut à 11 nouveaux cas par million d’enfant et par décennie. Néanmoins aucun facteur unique n’a pu être identifié, les infections ou l’augmentation du surpoids des enfants (due à une alimentation trop riche et à un manque d’activité physique) sont des facteurs aggravants supplémentaires10.

Selon la Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes, voici une liste des aliments exposés à la pollution, y compris des aliments issus de l’agriculture biologique :

  • Haricots verts en boite : pesticides, nitrates, métaux lourds (plomb), phtalates.
  • Saucisses : métaux lourds (plomb), conservateurs (E120, 127, 132) exhausteurs de goût, phosphates, nitrites.
  • Lentilles en boites : métaux lourds (plomb), pesticides, nitrates, phtalates.
  • Eau : nitrates, pesticides.
  • Pain : plomb, cadmium, pesticides.
  • Fromage fondu : pesticides chlorés, plomb, mercure, cadmium, phosphates.
  • Banane : plomb, pesticides.

Pupille :

https://coc.kanopy.com/video/safe-hands

Affiche du film Pupille - Photo 20 sur 20 - AlloCiné

Pupille est un film dramatique français réalisé par Jeanne Herry et sorti en 2018. Il traite de l’accouchement sous X, de l’adoption, de l’aide sociale à l’enfance en France et met en scène plusieurs travailleurs sociaux dans l’exercice de leurs fonctions quotidiennes pour concourir à l’accompagnement d’un nourrisson entre sa naissance sous le secret et son adoption.

Clara (Leïla Muse) est une jeune femme de 21 ans. Après une grossesse non désirée et déniée, elle accouche sous le secret d’un petit garçon, Théo, qu’elle rejette totalement. Elle est brièvement accompagnée après son accouchement par Mathilde François (Clotilde Mollet), assistante sociale.

Alice Langlois (Élodie Bouchez) est une femme au parcours de vie douloureux — entre l’impossibilité d’avoir un enfant avec son compagnon et leur rupture — qui a su rebondir en persévérant dans des démarches pour l’adoption d’un enfant. Au cours du film, on suit son évolution et ses choix ainsi que son désir profond de devenir mère, notamment à travers des scènes montrant ses rencontres régulières avec Lydie (Olivia Côte), une autre assistante sociale.

Jean (Gilles Lellouche) est un père affectueux, assistant familial depuis plusieurs années, il est chargé d’offrir un accueil familial transitoire aux enfants en attente d’adoption. S’il exprime des doutes quant à sa vocation sociale au début du film, il sera ensuite touché par l’histoire de Théo.

Karine (Sandrine Kiberlain) est une éducatrice spécialisée, énergique et aimante, très impliquée auprès des enfants et aux côtés des familles d’accueil. Elle se bat pour que les enfants puissent être entourés le mieux possible.

Théo, pris en charge par Jean le lendemain de sa naissance, rencontrera des difficultés pour s’éveiller au monde, qui pourraient être liées aux conditions de sa séparation avec sa mère. Il sera finalement adopté, peu après ses deux mois, par Alice.